[Retro Mars 2019] Weekend à Orangeville et Mono Cliffs Provincial Park

Classé dans : Parcs, Week-end | 0

Pour ce week-end quelque peu improvisé et planifié à la dernière minute, nous décidons de faire route vers la petite ville d’Orangeville, pour y faire quelques randonnées (on est en manque de nature après presque 4 mois d’hiver) et surtout y visiter une érablière (ici). Une fois n’est pas coutume, le trajet pour ce week-end sera des plus courts : une soixantaine de kilomètres seulement sépare Orangeville de Toronto.

 

Nous décidons ainsi de ne partir que le samedi matin, pour d’une part économiser une nuit, mais également parce que les attractions locales ne sont pas non plus légion. Nous rejoignons, après une heure de métro vers l’ouest de la ville, Nicolas, le « nouveau » petit cousin de Fanny. Nouveau, car Fanny et Nicolas ne se connaissaient pas / ne s’étaient jamais rencontrés auparavant en France. Et fun fact, c’est la maman de Nicolas, qui, en ayant parcouru notre blog, a contacté la maman de Fanny pour lui faire savoir que son fils était aussi au Canada. Bref, vous en conclurez qu’Ontariencaché resserre les liens familiaux, et c’est tant mieux !

 

 

Le trajet aller se passe tranquillement, Fanny et moi nous obstinant à poser une multitude de questions à Nicolas au sujet de son projet professionnel super intrigant : devenir pilote d’avion. Nicolas nous raconte alors de bonnes anecdotes sur les quelques heures de vols qu’il a au compteur. On est vraiment fasciné, surtout lorsqu’il émet la possibilité de nous emmener avec lui dans son avion à l’avenir, pour quelques aventures comme on les aime. On ne manquera pas de vous faire partager ces moments qui s’annoncent palpitants.

 

Une petite heure plus tard, nous arrivons à Orangeville. Pour faire simple, c’est une ville avec une rue principale ou l’on retrouve quelques magasins en tout genre et quelques restos. Pour le reste cette ville ne regorge pas d’attractions particulières, et cela se vérifiera le soir venu. On tergiverse un peu avant de trouver un resto, vide, mais au cadre assez sympa (The Barley Vine Rail Co). Le repas sera plutôt bon et nous donnera quelques forces avant de commencer la randonnée de l’après-midi.

 

Nous nous rendons alors au Mono Cliffs Provincial Park, à quelques kilomètres de là. Sur le chemin, nous croiserons trois biches qui resterons figées plusieurs secondes à une vingtaine de mètres de notre voiture. Toujours plaisant le Canada pour ça !

 

 

La température avoisinant encore les zéro degrés, nous démarrons la randonnée et comprendrons qu’elle se déroulera en intégralité sur de la neige / glace. Nous sommes mi-mars et toujours aucune trace de végétation bourgeonnante. Les arbres sont nus, il fait froid, a QUAND LE PRINTEMPS ?!? Malgré ce tableau peu élogieux, la balade n’en reste pas moins très agréable. On prend le temps de contempler les différents lacs gelés, la foret enneigée puis monterons également au sommet de la petite colline pour y contempler le paysage. De là, on sera même en mesure d’apercevoir au loin les contours de la CN Tower de Toronto.

 

 

Vient alors le moment que tout le monde attend : la chute incontrôlée. En toute honnêteté, elle aurait pu arriver à n’importe lequel d’entre nous, tant le sol était glissant, mais c’est évidemment sur le p’ti nouveau que ça tombe. Alors qu’environ 10 secondes avant le drame, j’imagine à voix haute une scène de chute exactement à cet endroit, Nicolas avance quelques pas et PAF ! Une chute magnifique, si belle que les acteurs de cinéma pourraient nous l’envier ! Vous savez ce genre de chute où tout le corps part en arrière et se met dans un sublime parallélisme du sol avant l’impact ! Une vraie crêpe ou plutôt une galette bretonne ! Heureusement, le bougre ne s’est pas fait mal mais nous n’arriverons définitivement pas à contenir le fou rire pendant plusieurs secondes.

 

Nous finirons cette randonnée vraiment sympa, en passant notamment au milieu d’une faille avec de part et d’autre de grands rochers, puis en complétant la grande boucle pédestre pour un total d’environ 12km. Il doit être environ 17h quand nous quittons le parc, et on en a plein les bottes. Mine de rien, marcher dans la neige pendant plusieurs heures, c’est assez fatiguant !

 

 

On rejoint alors notre Airbnb, dans lequel nous n’aurons pas le plaisir de rencontrer nos hôtes, partis skier pour le week-end. Comme la coutume le veut ici, le garage est resté ouvert et la clé est posée bien en évidence pour nous permettre d’accéder à notre chambre sans aucune difficulté. La partie qui nous est réservée est vraiment très confortable. On s’y repose quelques minutes avant d’aller découvrir la ville à pied à la recherche d’un petit pub pour y passer la soirée.

 

Sur Foursquare, nous repérons un pub dans le centre-ville vers lequel nous décidons de faire route (The Mill Creek Pub). On passe par différents quartiers résidentiels avant de joindre la rue principale d’Orangeville. A l’entrée du pub, on nous annonce qu’il y aura minimum 45 minutes d’attente et le bar lui-même est plein ce qui nous empêche presque de patienter au comptoir. On décide alors de quitter cet endroit : GRAVE ERREUR ! Il fait froid, on a marché toute l’après-midi, et on se rajoute 2km de plus pour aller dans l’autre seul pub du coin. Ça sent déjà pas mal l’échec tout ça… Effectivement, l’autre « pub » est en réalité une sorte de chaine de pub cloitré dans une zone commerciale sans aucun charme. Tant pis, à défaut d’avoir mieux, on passera la soirée là-bas, à manger et écouter la chanteuse qui peine limite à se faire entendre dans le brouhaha de cette usine.

 

 

Bref, pas énormément d’interet à aller à Orangeville si vous passez dans le coin, préférez louer un petit cottage niche dans la nature, vous n’en serez que plus heureux. La suite du weekend dans le prochain article ! 

Laissez un commentaire