Le Paradis Blanc – Week-end dans la région de Muskoka

Classé dans : Week-end | 0

 

 

Le retour en France pour la période des fêtes ayant pas mal préoccupé notre attention ces dernières semaines, nous voulions à tout prix refaire un week-end découverte rapidement. Après quelques recherches sur ce formidable outil qu’est internet, notre choix se porte sur la région de Muskoka, à 2h30 au nord de Toronto.

 

Cette région est bordée à l’Ouest par le Lac Huron, et jouxte le Parc Algonquin à l’Est.  Elle regorge de pas moins de 1600 lacs et est réputée pour être une région très touristique en été, où de nombreux Torontois  viennent y passer des jours heureux. Quant à nous, nous décidons d’y aller cet hiver, où les prévisions météo ont de quoi en décourager plus d’un : on attend -20 degrés, ressenti -25 en moyenne. Qu’importe, c’est aussi ça l’aventure et on s’est équipé en conséquence de fameux vêtements techniques pour résister aux éléments.

 

Le départ est donc donné aux alentours de 16h15 de Toronto, assez tôt donc. Malheureusement, cela ne nous permettra pas de nous affranchir des quelques habituels bouchons pour sortir de la ville. A notre plus grand bonheur, notre voiture de location est équipée de sièges chauffants. A contrario, elle ne possède pas de pneus neige, ce qui nous vaudra quelques suées plus tard dans le week-end. Le trajet se déroule sans incident, et nous arrivons à notre Airbnb situé dans la ville d’Huntsville, vers 19h30.

 

Nos hôtes Phil et Kim nous accueillent chaleureusement, et Miller, leur chien est très mignon mais très méfiant (surtout avec moi !). On pose nos affaires, discutons rapidement avec eux à la recherche de précieux conseils pour se restaurer dans le coin. Phil nous décrit rapidement trois pubs où on devrait trouver notre bonheur, d’autant plus que la région est réputée pour proposer d’excellentes bières, et les gens du coin en sont très fiers.

 

 

Petit bisou de Miller 😍

 

 

Nous décidons donc de rejoindre le centre ville à pied, à 20 minutes de là. On se camoufle littéralement, seul le bout du nez dépasse, il fait vraiment un froid glacial ce soir. Les jambes se transforment en bâtonnets de glace, les poils du nez durcissent à chaque inspiration, et les mains gantées doivent rester au maximum dans les poches pour faire double protection. Et tout ça en restant très attentif où on met les pieds car le trottoir est enneigé, ou plutôt recouvert de neige durcie en glace qui à vite fait de nous déséquilibrer. Après avoir traversé le centre ville nous voilà arrivés au Pub The Mill on Main. Le cadre est très chaleureux : les tables en bois se fondent parfaitement dans le décor rustique que propose le lieu avec en décoration divers objets ou affiches locaux. Le four à pizza au fond du restaurant réchauffe les cœurs, et le concert de guitare acoustique fera planer une douce ambiance détendue dans le bar. On englouti un Fish & Chips et un Burger, profitons de la musique durant quelques heures et c’est déjà le moment de partir. Au moment de régler l’addition, je sors la carte bancaire et pendant que je procède au paiement, la serveuse adresse un gentil petit mot à Fanny (comme cela est souvent le cas au Canada) pour savoir ce que nous avons prévus de faire ce week-end. Fanny, sûrement un peu prise de court, répondra d’un assez sec « STAY HERE ! » qui laissera sans voix la serveuse. Une fois la serveuse partie, je fais remarquer à Fanny que sa réponse était un peu stridente en l’imitant, ce qui donnera lieu à un bon fou rire avant de quitter le bar. Comme vous l’aurez compris, notre anglais est encore perfectible après dix mois ici ! Il est maintenant temps de rentrer et de nous glisser dans nos draps pour bien dormir avant la journée chargée du lendemain.

 

Le samedi matin, nous nous réveillons tranquillement sous un soleil radieux. Un coup d’œil à Météo Média pour confirmer qu’aujourd’hui il fera froid : -23 ressenti –26°C. On enfile nos tenus de ski, collants et toute la panoplie pour rester a minima au chaud puis discutons quelques instants avec nos hôtes. Ils nous racontent qu’ils habitaient auparavant Vancouver, puis Toronto et venaient passer quelques jours en été à Huntsville. La ville trépidante et intense de Toronto n’était plus faite pour eux et ils ont donc décidé de construire leur maison à Huntsville, entourée par la nature. Un choix de vie donc qui nous amène à leur poser des questions sur comment trouver du travail dans ce genre de région… On vous passera les détails de toute la discussion mais échanger avec les locaux s’avère être vraiment très enrichissant. On n’en a jamais vraiment parlé dans nos articles, mais on apprend énormément de choses de ces discussions. Cela permet vraiment de recontextualiser des choix, qui, au premier abord peuvent paraître complètement fous, mais qui s’inscrivent en réalité dans une mentalité, un mode de vie choisi et défendu par ces gens.

 

Pour en revenir aux activités de ce jour, nous irons au Arrowhead Provincial Park pour faire notre baptême de ski de fond, du patin à glace et une petite marche dans la neige. L’accès au parc est relativement simple puisque l’entrée borde l’autoroute. On emprunte alors un chemin encore bien enneigé et nous forçons à rouler tout doucement, puisque nous ne sommes pas équipés de pneus neige. Après 15 minutes à avoir sillonné les routes d’Arrowhead, et quelques sueurs froides causées par quelques micros glissades de la voiture, nous arrivons enfin au Visitor Center. On récupère donc nos permis de stationnement et de ski de fond pour un total de 30$ à 2. On reprend la route jusqu’au point de ralliement des pistes de ski de fond, où nous pourrons également louer le matériel. La route qui traverse le parc est sublime, cette blancheur pure de la neige mélangée à ce grand soleil et ce ciel bleu, somptueux ! La location du matériel de ski de fond (46$ pour deux pour la journée) est très bien organisée, si bien qu’en seulement 15 minutes, nous sortons skis à la main, prêts à en découdre avec la poudreuse.

 

 

C'est parti !

 

 

Comme on le dit si bien : C’est la que les athéniens s’atteignirent ! Comment chausser des skis de fond, pourquoi les bâtons sont si grands ? Pourquoi est-ce-que c’est si instable ? Peut on faire du chasse neige sans trop de risques de tomber ? Tant de questions auxquelles nous allons devoir répondre dans un instant.

Skis aux pieds, nous commençons à nous diriger directement vers une descente qui rejoint les pistes débutant : ERREUR. Alors que j’en fini avec la descente dans un style peu académique mais efficace, je regarde derrière moi et là : personne. Fanny est sur les fesses, tout en haut. Réaction normale que tout être humain aurait eu : je me marre. Elle semble avoir quelques difficultés pour se relever : je me marre moins et remonte la chercher et l’aider. Je retrouve alors une Fanny complètement tétanisée, les larmes aux yeux, qui a peur de se lancer et est stressée par sa précédente chute. Après quelques exercices psychologiques bien sentis, Fanny réussira progressivement à descendre cette satanée pente pour enfin démarrer sur le plat. Il lui faudra une bonne heure à relativiser et à enfin comprendre qu’elle n’était pas Martin Fourcade. Nous continuerons la matinée à skier dans les rails dans des chemins magnifiques, et petit plus : on ne croise vraiment pas beaucoup de monde ! On prend vraiment le coup de main et prenons beaucoup de plaisir à pousser sur les bâtons. Le plus difficile à gérer est la stabilité, surtout hors des rails. On se retrouvera une ou deux fois sur les fesses, mais jamais rien de bien méchant. Après plus de 4h et deux boucles de 4-5km, nous décidons d’en rester là pour aujourd’hui car les bras et les adducteurs commencent à tirer et on a faim. Quant au froid, il n’aura vraiment pas été un problème pendant le ski de fond, tant cette activité physique vous réchauffe tout le corps !

 

 

 

 

Pour ceux qui nous lisent et qui seraient tentés par ce petit parc, nous vous conseillons d’y amener un pique nique, car il n’y a rien pour se restaurer sur place. Aux alentours de 15h, on décide de sortir de parc pour manger un bout au Wendy’s le plus proche puis revenons dans le parc dans la foulée. En effet, on nous a averti le matin que la piste de patinage sera ouverte ce soir à partir de 18h. En attendant, afin de ne pas rester inactif, on se motive pour une petite rando dans la neige d’une heure qui permet d’observer de petites chutes d’eau. Cette balade est très agréable mais le soleil se couche et le froid devient de plus en plus pesant, on commence vraiment à être frigorifié. On rejoint la voiture aux alentours de 17h30 et prenons les patins (achetés spécialement pour l’occasion) et nous dirigeons vers la piste de patinage.

 

 

 

 

Cette piste de 1,3km qui sillonne la forêt comme un chemin de randonnée classique est l’une des principales attractions du parc. Elle est ouverte quand la température est sous les 0°C (aucun problème pour nous du coup) et propose également des ouvertures exceptionnelles de nuit où la piste est éclairée par des flambeaux situés de part et d’autre du sentier de glace. Cela donne aussi la possibilité de nuit d’observer les étoiles qui brillent de mille feux tant la journée aura été belle. C’est vraiment magnifique. Malheureusement, nos téléphones ne résisteront pas au froid, il faudra imaginer ! Après avoir enfilé les patins autour de petits feux de camps, il est temps de faire nos premiers pas sur la glace. Fanny, frigorifiée par la randonnée précédente et fatiguée par la journée éprouvante de ski de fond rendra les armes et ne se sentira pas la force de patiner. Elle décide donc de se poser au coin du feu en m’attendant. Mes premiers mouvements sur la glace seront très, mais alors très hésitant : mes jambes tremblent, sont raides, la souplesse de mes jeunes années est bien bien loin (si tant est qu’elle ait déjà existée…). Une fois lancé, ça va mieux, les mouvements deviennent de plus en plus fluides et je prends un énorme plaisir à rider cette glace. Je ferais 4 tours de pistes puis m’arrêterais là pour aujourd’hui car de plus en plus de monde afflue sur la piste et cela devient moins plaisant qu’au début. Je rejoins alors Fanny au coin du feu et nous repartons vers notre Airbnb, sièges chauffants et chauffage à fond. Il s’en suivra une bonne douche bien chaude qui nous ramènera à 37,5°C.

Samedi soir, nous prenons notre courage a deux mains pour re-braver le froid pour aller manger un bout. On se retrouvera dans le centre d’Huntsville, plus précisément au On the Docks Pub. L’endroit doit être super l’été puisqu’il domine la rivière qui passe en contre bas et dispose d’une belle terrasse en bois. On s’en passera aujourd’hui mais le lieu n’en reste pas moins chaleureux. Le Pub est plein et les locaux qui s’y retrouvent semblent y passer un agréable moment agrémenté de sport, discussions, musique et même de danse une fois que l’ambiance montera d’un cran. La principale attraction de la soirée sera « la fille au pull rouge » qui nous fera bien marrer. Quand on est arrivée, elle était posée au comptoir avec un mec qui se révèlera être son mari, et les amis de ce dernier. Elle ne devait pas forcément s’amuser et à préféré enchainer les verres. Bref, elle était complètement ronde, faite, bourrée, déchirée, appelez ça comme vous voulez. La fille au pull rouge en a eu marre et a quitté ce groupe pour aller sympathiser, comprenez faire des papouilles à différents autres mecs de ce bar, sans oublier toutefois de revenir le temps de 4 secondes revoir son mari, lui faire un bisou et repartir de plus belle. Un vrai spectacle ! Au bout de 2h, soit précisément à la fin de la retransmission du match de hockey des Toronto Maple Leafs à la télé, son mari décide de quitter les lieux, un peu blasé, sans oublier d’avertir la serveuse de garder un œil sur sa femme, qui continuait à enchainer les verres et les danses sexy avec d’autres gars. Ce petit manège durera jusqu’à notre départ, au delà de ça, on aura passé un super moment dans ce bar et les plats était bons et très trèèèès copieux.

 

 

La fameuse fille au pull rouge et son mari

 

 

Le dimanche matin, nous démarrons la journée par une nouvelle discussion avec nos hôtes, tout d’abord pour les remercier, mais également pour leur demander de nouveaux conseils sur des petites pépites locales. En effet, nous souhaitons profiter de cette dernière matinée ensoleillée pour faire une petite randonnée avant de regagner Toronto. Toujours heureux de partager avec nous les secrets de Muskoka, Kim et Phil nous conseillent d’aller randonner à 20km de là, au Limberlost Forest and Wildlife Reserve. C’est un lieu particulièrement apprécié par les gens du coin pour s’y ressourcer le week-end, loin des autres zones touristiques de la région. Ni une ni deux, nous faisons route vers cet endroit magique en empruntant des routes sublimes mais… enneigées. On roule à 30km/h tellement on a peur de glisser, ralentissant par la même occasion les quelques énormes pick-up du coin habitués à rouler sur ce type de terrain. La neige sur la route s’est en réalité transformée en glace qui luit à la lumière du soleil. Ce n’est pas très rassurant, on frôle un peu l’inconscience mais on reste très prudent et nous disons qu’au pire, on finira notre course dans un tas de neige et non pas dans un fossé. Après plus de 30 minutes sur ces routes glacées, qui ouvrent également de sublimes paysages de carte postale, nous arrivons enfin à bon port. Kim nous avait conseillé la randonnée Buck Lake, et on ne sera pas déçu. Au programme : marche dans la neige et sur le lac gelé, points de vue superbes, cascade glacée… On en prend une nouvelle fois plein les yeux. Cet endroit aura vraiment été notre coup de cœur du week-end, si beau et si paisible, tout ce que l’on recherche lorsque l’on s’évade le temps d’un week-end de Toronto. Malheureusement nous ne pourrons pas rester aussi longtemps que nous le souhaitions, puisque nous avions un impératif : être de retour à Toronto pour 18h pour le match de foot hebdomadaire de Rémy.

 

 

 

 

Voilà comment se parachève notre super week-end dans la Région de Muskoka. On a découvert encore de magnifiques endroits, avec une nature toujours aussi luxuriante et rencontré de très sympathiques hôtes qui auront su nous guider et nous donner de précieux conseils pour découvrir au mieux leur région.

On espère toujours réussir à vous faire voyager avec nous par nos récits, on est toujours preneurs de vos avis pour améliorer notre blog.

A très bientôt pour de nouvelles aventures…

 

 

 

Le paradis blanc – Michel Berger

 

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 

Si tu veux recevoir une notification à chaque nouvel article publié, abonne-toi !

 

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Laissez un commentaire