Je te survivrai

Classé dans : Tempête de neige Avril 2018 | 8

Il est aux alentours de 7h du matin le mercredi 11 avril 2018 lorsqu’un bulletin météorologique spécial pour Toronto apparaît sur nos écrans de téléphone d’un rouge flashy qui a le don de détruire nos photorécepteurs (ophtalmologie for ever) : « Les précipitations pourraient commencer à tomber [ce week-end] sous forme de pluie, mais des vents du Nord-Est qui s’intensifient attireront de l’air plus froid provenant d’un anticyclone de l’Arctique se trouvant au nord, si bien que la pluie se changera en pluie verglaçante ». Ambiance.

A ce moment précis de l’article, il est tout à fait normal que vous n’éprouviez aucune empathie vis-à-vis de vos bloggeurs préférés, qui, en allant à Toronto, devaient bien être conscients des risques encourus. Et vous avez raison. Mais quand on y est, c’est différent. Quand le bruit du vent siffle dans vos oreilles pendant 48h sans s’arrêter à l’image des vuvuzelas dans les stades d’Afrique-du-Sud, quand vos fenêtres congèlent et s’entourent de stalactites et quand les trottoirs ressemblent plus à la patinoire des Maple Leafs qu’à des trottoirs ordinaires, on se dit que les hivers seront longs, voire interminables !

Cependant, Fanny est toute excitée devant un tel spectacle et insiste pour aller faire un petit tour dehors, et étrenner le kit utile du Canadien : le bien nommé après-ski/doudoune/écharpe/bonnet/gants. Nous irons alors braver les éléments une bonne heure durant, en traversant notamment le Trinity Bellwoods Park où quelques courageux auront la motivation de sortir leur chien, la luge pour les enfants et même les ski de fond pour certains. Après un petit tour rapide, on ne s’attarde pas, les bourrasques de vent ressenties alors à -11°C auront raisons de nos jambes qui finiront frigorifiées.

 

 

Dimanche soir, la tempête s’achève, on a eu froid mais le moral est intact et la neige fond (très) progressivement. Le bilan est sans appel : 1800 accidents sur les routes, plusieurs dizaines de milliers de foyers privés d’électricité, des lignes de train et de métro suspendues. Finalement, cet épisode météorologique nous aura certes impressionné, mais aura été un bon crash test pour les hivers à venir.

Place au beau temps !

 

Je te survivrai – Jean-Pierre François

 

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 

Si tu veux recevoir une notification à chaque nouvel article publié, abonne-toi !

 

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.